Rechercher dans le blog

lundi 20 juillet 2015

Mon Voyage à Nantes été 2015

Cela va devenir une habitude ici de parler du Voyage à Nantes. En tant qu'amoureuse de mon ex-ville, je ne pouvais pas passer à côté de ces nouvelles créations estivales. J'avais déjà lors de la sortie de la programmation, fait ma sélection de ce que je souhaitais visiter. Mais comme tout ne se passe jamais tout à fait exactement comme cela est prévu, je n'ai pas pu tout voir. Mais ce n'est pas bien grave car ces petits grains de sable dans mon organisation m'auront fait découvrir une création qui sur le papier ne m'attirait pas du tout et qui en réalité m'a charmée.

Je vous livre mes ressentis au fur et à mesure de mon parcours !

Premier arrêt le LU : J'y vais pour voir l'expo d'Etienne Bardelli. Manque de bol, elle ouvre à 14h et j'ai foulé le pavé nantais à 12h30... J'entre dans la salle du bas pour découvrir l'expo dédiée aux jeux vidéos. Pas mon univers clairement. Un petit tour et puis s'en va ... Direction les bords du Canal Saint Félix et la fameuse péniche ! Asie Riderz me voilà. L'accueil y est agréable avec le prêt d'un éventail (qui sera bien utile à l'intérieur de la péniche tant la chaleur y est forte !) Je descends les quelques marches et déjà mes yeux circulent à l'intérieur de la coque du bateau. Je m'attarde sur les premières peintures et focalise sur le plafond. Des monogrammes asiatiques le tapissent. 
J'avance dans mon parcours et découvre des oeuvres en 3D et des peintures parfois colorées parfois en or et noir.
Chaque recoin est source de découverte et il émane un petit goût de trop peu quand déjà on est arrivé en fond de cale et qu'il faut faire demi-tour !
J'ai pour ma part eu la chance d'avoir la coque pour moi toute seule. j'aime réellement découvrir les oeuvres seules. Dans le silence et sans mouvements et passages devant moi. J'ai l'art égoïste que voulez vous !












Ensuite direction Bouffay ! Autant les années précédentes, je n'avais pas été époustouflée par les oeuvres qui y étaient proposées, autant cette année j'ai vraiment aimé. L'idée de cette espèce de grand-huit en chaises de métal et de plastique me laisse lui trouver un petit côté poétique ! L'attention portée à ce que la sculpture renvoie un clin d'oeil aux terrasses alentours est réellement bien pensé ! En effet, les différents bars se sont vus attribués une couleur différente ! Chez Lulu vous aurez les fesses calées dans des chaises vertes, au 13&3 dans des bleues et ainsi de suite ... L'oeuvre s'intègre de fait parfaitement dans son environnement urbain !






Comme après j'avais faim, j'ai voulu allez m'acheter un bagel chez Homi's mais manque de bol (2eme fois de la journée... et ce n'est pas fini !) c'était fermé. Alors je me suis dit que c'était l'occasion de tenter Big Fernand. C'était sans compter sur le Bagel shop voisin qui propose des menus végétariens pas très cher. Et c'est bon ! Des produits frais (de qualité mais pas wahou non plus) et bons. Par contre, si vous êtes pressés, passez votre chemin !

Une petite pause revigorante en lisant mon programme et là je me rends compte que le planétarium c'est tous les jours à 18h. Flute crotte zut. Changement de programme et direction Graslin. Mais avant un passage par Pommeraye s'impose ! Il est rénové et tellement beau. 
J'arrive au théatre Graslin. Il faut dire que je reste sur la création de l'an passée qui avait si joliment habillé le théatre de ses couleurs pepsy !



Je me faufile sur scène par l'entrée des artistes et me voilà plongée dans le noir. Les deux trois personnes devant moi tâtonnent en espérant ne pas rencontrer d'obstacle. Je fais pareil. Nous sommes sur scène et nous apercevons les sièges vides mais bleutés des spectateurs qui s'illuminent puis s'éteignent (de façon aléatoire ?). A l'intérieur, personne ne pipe mot. Le silence est aussi assourdissant que le ballet des lumières est hypnotique. Je reste de longues minutes à contempler ce spectacle apaisant. En plus, mes yeux s'étant habitués à l'obscurité, je distingue désormais les détails du théatre. Le plafond magnifique, les balcons, les accès... J'aurais presque l'impression que ces fauteuils dansent pour moi. les rôles sont inversés on devient le spectateur/acteur sur scène !





Je ressors pour rejoindre le joli cours Cambronne (autant lorsque j'étais nantaise je crois bien n'y avoir jamais mis les pieds, autant maintenant quand je passe à Nantes je m'y arrête forcément. Avec Pommeraye, ces deux lieux sont devenus des incontournables pour moi)
Au milieu du cours, un tractopelle en carrelage ocre trône. Un peu étrange cet engin de chantier en ce lieu. Toutefois j'ai bien aimé ce côté décalé.





Et voilà, l'après-midi touche à sa fin et je me dois de retourner retrouver mes pénates niortaises.


2 commentaires:

  1. Nantes une ville que nous découvrons depuis peu (notre fille y vit désormais) nous avons fait à peu près le même parcours début juillet avec quelques variantes et l'occasion d'articles dédiés

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce beau billet, qui me donne des idées pour mon prochain périple à Nantes, la semaine prochaine ! :)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !
Merci de votre passage sur le blog
A très bientôt j'espère ;)