Rechercher dans le blog

dimanche 1 juin 2014

Quand bloguer devient une contrainte...

...doit on tout arrêter ?

C'est à peu près la question que je me pose actuellement. Pas pour ce blog mais pour l'autre : Papillette. Celui que j'ai fais grandir, celui que j'ai chéri et où je me suis investie durant 18 mois. Puis, je l'ai négligé tout d'abord de manière forcée (je déménageais, je n'avais pas d'appart fixe et j'enchaînais les colocations) puis depuis que j'ai enfin un toit fixe, de façon délibérée. 

J'ai bien tenté une nouvelle percée, j'ai essayée de reprendre là où j'en étais restée mais ça n'a pas le même goût malheureusement. Ce que j'avais mis des mois à construire, c'est envolé bien vite. 

Tenir un blog culinaire c'est du boulot et énormément de temps aussi. Au cours de ma période de chômage, je m'astreignais à publier tous les jours ou presque. J'avais mes petits rituels : les articles le lundi, les recettes dans la semaine et les interviews de blogueurs le samedi. Inlassablement chaque semaine, au fil des saison et des marchés.

Tarte spirale aux légumes d'été
Petit à petit, j'avais commencé à me faire un (petit) nom sur la toile. J'étais cataloguée parmi les blogueuses végétariennes  (alors que je ne le suis pas), je prônais le bio, le sain, le produit de saison.

Et puis bam, déménagement. On arrête tout et on range tout. Pour plusieurs mois.

Je me disais que quand j'aurais retrouvé une cuisine digne de ce nom, une cuisine bien à moi avec mes ustensiles, mes appareils et mes casseroles, je redonnerais vie au blog.

Il n'en est rien.

La plateforme qui l'abrite a fais une mise à jour qui a complètement flingué toute la mise en forme de mon blog. Trop de boulot pour lui redonner une allure sympa. Trop de choses à refaire, à reprendre, à modifier. Cette montagne qui n'est en rien liée au fond du blog ne me donne pas envie de remonter mes manches et de crocher dedans.

Pourtant, ici j'ai découvert un fabuleux marché (Talensac tu peux rougir) et j'ai une grande cuisine. Au moins deux fois plus grande que celle de mon précédent appart. J'ai une luminosité de dingue qui me permettrait de faire des photos canon.

Oui mais voilà. Je n'ai plus envie.

Je ne veux plus de cette contrainte. Oui cette contrainte. Cuisiner des heures. Avec le boulot je n'en ai plus le temps, le soir quand je rentre, je n'ai pas envie d'enfiler mon tablier et de mitonner des petits plats. Le week end ? Oui, je cuisine encore parfois. Mais le manque de régularité que j'offrirais aux personnes qui me suivaient me gêne. 

Pour moi tenir ce blog culinaire, c'était mon boulot de chômeuse.


Orechiette au poisson et tomates confites

MamzellGwen (Ma Vie Nantaise) est apparu ensuite, en loisir. Dès le départ, j'avais prévu ne pas avoir de ligne éditoriale ni de régularité. Et pour le coup, je dois avouer que je m'y suis tenue ! 

J'aime cette liberté que je m'octroie. J'ai envie de partager une info, un truc chouette et qui m'a plu. Je le fais. Je pianote sur ce clavier sans contraintes. Je partage ce que je veux, je donne et je reçois sans obligation.

MamzellGwen vit doucement, gagne et perd des visiteurs. Est totalement irrégulier. Mais peu  importe. Ce blog c'est moi. Il me ressemble et j'en fais ce que je veux comme je l'entends. Ici, je ne passe pas mon temps à mater mes statistiques (alors que sur l'autre blog, j'étais accro, il fallait que cela soit en constante progression, je scrutais qui, quand, comment était venu visiter mon blog). Je laisse MamzellGwen vivre sa vie, je le laisse glisser au fil de l'eau, tranquillement, sans contrainte.

Papillette est devenu une obligation. Outre ce manque d'envie, j'ai peur de décevoir sur un retour loupé. D'autres ont repris mon créneau et certaines bien mieux que moi (je dis certaines car contrairement aux cuisiniers pro, les blogs culinaires sont principalement tenus par des femmes).

Enfin bref, tout ce petit pavé pour dire que pour moi le blogging c'est la liberté et le fait de ne pas avoir de comptes à rendre. Même pas à soi. Alors certes parfois je trouve après coup que ce que j'ai partagé avec vous est médiocre et aurait mérité d'être plus léché, repensé, écrit différemment; dans l'ensemble, je suis contente de ne pas avoir lâché le morceau lors de mon séjour parisien. Même si aujourd'hui je ne sais pas trop où je vais, ni comment les choses vont tourner, je suis heureuse d'avoir ce blog.

Bref, aujourd'hui, avec mon blog culinaire, je suis en proie au doute mais j'ai bien peur qu'au fond de moi ma décision soit prise depuis quelques jours déjà.

Mes recettes, mes petits plats ne seront plus partagés. Ils resteront entre les 4 murs de ma cuisine à Niort. Ils ne voyageront plus à travers le monde et n'inspireront plus les cuisinières en herbes.

yaourt aux fraises et flocons d'avoine cararmélisés

MamzellGwen continue sa route seul. Il sera mon unique blog. Possible que parfois, je vienne ici partager mes recettes avec vous (quand je serais fière de mes associations gustatives, quand j'aurais réussi une jolie présentation ou tout simplement quand j'en aurais envie).

Parce que je ne veux pas me sentir à l'étroit ou au contraire forcée, je garde un seul espace de liberté.

Je ne suis pas triste d'annoncer la fin d'un blog. Au contraire, les chemins de vie évoluent et arrêter un blog associé à une période sans activité rémunérée me permet de tourner une page. Définitivement.


(en le visitant à nouveau, je me suis souvenue que j'avais réalisé 2 e-book : 15 recettes salées à emporter au bureau, à déguster sur la terrasse ou en pique nique et  10 recettes au chocolat ) 



1 commentaire:

  1. J'ai de suite téléchargé tes deux ebooks ^^ Ton cheminement est très cohérent. Tenir un blog par obligation n'est pas agréable car le principe du blog est de partager mais avec plaisir vu que c'est du "bénévolat" :) Cela se serait forcément ressenti dans tes articles. Je continue à te suivre ici en tout cas même si c'est sporadique !

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !
Merci de votre passage sur le blog
A très bientôt j'espère ;)