Rechercher dans le blog

dimanche 23 février 2014

Protéger et détruire.


Hier soir en rentrant, j'ai découvert hébétée les évènements de l'après midi à Nantes. J'avais envie de vomir et ce n'était à pas à cause d'un repas trop copieux ingéré quelques heures plus tôt.
Non. Il n'était en aucun cas question de digestion alimentaire mais plutôt de digestion de comportement  humain.

En tant que nantais, on est tous plus ou moins au courant du projet d'aéroport à Notre Dame des Landes non loin de Nantes. Perso, je ne suis ni pour ni contre. Ne connaissant pas suffisamment le dossier, je préfère rester neutre. Ce que j'approuve par contre, c'est cette volonté ferme de vouloir un monde meilleur, moins capitaliste et plus respectueux des valeurs simples que sont la nature et la solidarité. Alors, si elle est avérée, pour moi, la cause est juste. Combattre les dépenses inutiles et protéger l'environnement font partie des valeurs auxquelles je crois.

Photo : Ouest France


J'ai vu passer des bribes du dossier. Seulement ce vieux projet, je ne le connais pas bien. Aussi je ne me positionne pas. Ce que je sais c'est qu'à l'aéroport actuel, c'est la merde. Alors soit comme certains le disent c'est juste une question de réorganisation soit comme d'autres le pensent, il y a besoin d'un nouvel aéroport pour parfaire l'essor de L'Ouest. Perso en tant que bretonne, j'inclurais Nantes à la Bretagne administrative et on vivrait en parfaite autonomie et en autogestion. Un peu de troc d'artichauts avec la Normandie en échange de quelques calendos. Une utopie. Un monde rêvé, idéalisé. Il n'en est pas ainsi.

Mais là n'est plus le débat. Non aujourd'hui il s'agit plutôt de comportement humain.  L'Homme sous couvert de se battre pour ses idées en oublie son civisme.

Hier j'ai eu la preuve qu'on peut à la fois vouloir protéger et détruire. Avec conviction.

Deux mots qui ne devraient pourtant jamais être accolés. Protéger les oiseaux, les batraciens et les plantouses. Détruire les villes.

Tout ça pour quoi ? Parce qu'on a interdit le passage de la manif cours des 50 otages? Vous me décevez les gars. Un rassemblement de 50 000 personnes ça ne passe jamais inaperçu. Une bonne ambiance, ça ne passe jamais inaperçu. Des tracteurs en ville, ça ne passe jamais inaperçu...

Parce que si on remonte quelques années en arrière, qui se souvient qu'en 2007, ils n'étaient que 2 ou 3 à manifester quotidiennement devant la préfecture? A faire le piquet avec ce carton protestataire posé sur un caddie. A l'époque je ne comprenais pas ce "Non à l'aéroport". A l'époque on ne parlait pas de Notre Dame des Landes. Le samedi parfois, ils étaient une dizaine. Pas tellement plus. A l'époque Vinci négociait déjà les terrains mais on n'en parlait pas. A l'époque le monde s'en foutait pas mal de ce qui se tramait à Notre Dame des Landes.

Et puis, il y a eu la campagne électorale, l'approche des élections présidentielles. Et comme par hasard, Notre Dame des Landes est devenu un sujet sensible.

Certains ont du se dire que ce projet contre lequel luttaient quelques malheureux devait venir sur le devant de la scène. Et c'est là que tout à commencé. C'est là que le projet a été récupéré par les politiques. C'est là que le monde à découvert Notre Dame des Landes. Dans les enjeux politiques et les guerres de pouvoir. Et vas y que je te le mette en avant pour améliorer notre monde bien capitaliste ou au contraire pour dire que la biodiversité dans une zone marécageuse avec des terres agricoles difficiles c'était indispensable.

Et c'est là que ça a commencé à m'écoeurer. Cette récupération politique primant sur ce qui est essentiel : la protection de l'environnement et des ressources naturelles. Le maintien de la biodiversité et le respect des hommes.

A tout ce ramdam se sont mêlés par la suite,  les altermondialistes et les extrémistes de gauches. Limite il était de bon ton de donner son avis sur le projet et de se rallier à cette cause. On a vu affluer de toute la France et d'Europe des groupuscules délivrant la "bonne" façon de penser. Qui se souvient encore de ce papier où certains disaient vivre leur rêve en habitant dans les arbres mais où à aucun moment il n'était question de préserver la nature? Papier sur lequel bizarrement je n'arrive plus à remettre la main (disparu ?) Qui s'est demandé s'il n'écrasait pas une plante protégée lors des manifestations festives organisées à Notre Dame des Landes? Qui s'est soucié de la perturbation des écosystèmes? Ouais les gars, c'est bien beau de vivre au milieu de la forêt, de devenir décroissant (même si je doute pour certains) et de pleurer des appels aux dons mais quelques  jours de musiques et de fêtes sous des chapiteaux, ça perturbe les animaux. ça fait se terrer les oiseaux et se planquer les biches. Ouais. Mais sous couvert de vouloir montrer à la face du monde son utopie, on en oublie ses priorités. Parce que c'est bien cette image qui est renvoyée.

Et puis il y a eu les affrontements, les chaines humaines, les gens qui se sont dit pour ou contre juste parce que c'était chouette ce monde autosuffisant et autogéré...

Cette nuit en rentrant, j'ai découvert le carnage. J'ai ouvert des yeux horrifiés sur les événements de l'après midi.  J'ai pleuré sur la non condamnation de la violence par les opposants historiques. Ceux là même pour qui j'avais une réelle estime. Oui au sein même du mouvement il y a des groupes, groupuscules et organisations de pensées qui se côtoient ou s'évitent... C'est regrettable de ne pas réussir à s'unir autour d'une cause commune.

Et puis ces amalgames, ces réactions faciles sur le fait que ce ne sont que des dreadeux, des babos  et des punks à chiens. J'en ai marre de ces raccourcis faciles. Non tous les écolo ne portent pas des pantalons colorés et ne fument pas du cannabis. (Et l'inverse est également vrai.) Je suis profondément convaincue que l'avenir passera par la décroissance, que la protection de l'environnement doit tenir une part prépondérante dans notre vie quotidienne et pourtant comme une bonne partie de gens qui pensent (et vivent) comme moi, nous ne sommes pas des clichés de pseudo écolo.

J'ai mal dans ce monde capitaliste incapable de freiner sa progression, de freiner sa course aux dépens d'enjeux écolo non lucratifs.

Alors certes, je n'ai que la vision extérieure au mouvement. Je ne vois que ce que les médias veulent bien me montrer. Je ne vois que ce que je veux bien voir.

Mais les gars, pourquoi d'un côté vouloir protéger la biodiversité et de l'autre détruire, salir et saccager ? La pollution et les coûts engendrés par ces débordements, vous y avez pensé?

Pour une poignée d'enragés, tout le mouvement est décrédibilisé.

Je suis dans une colère noire. Comment avancer, comment faire changer les mentalités quand tout ce qu'on retiendra ce ne sera que la violence ?


12 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je suis votre blog depuis un moment car j'aime Nantes (je suis d'Auray (56)), c'est une ville qui me tient à coeur, c'est une ville vivante, jeune, culturelle, j'ai de la famille dans le Vignoble et je travaille pour un vigneron nantais. Et moi-même ce matin j'ai été outré de voir ça, déçu, en colère... Je vous rejoins totalement sur ce que vous avez dit ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. C'est légèrement différent de mon avis, car tu as beaucoup + approfondie que moi.
    Globalement je suis d'accord avec toi ;)

    RépondreSupprimer
  3. Je suis tout à fait d'accord ! Je serais plutôt du côté des contres l'aéroport (mais tout comme toi je en connais pas le dossier en profondeur), mais tout saccager est complètement contre-productif. C'est pas ainsi que les opposants vont être écoutés et encore moins compris, dans leur combat. C'est dommage, car leur combat d'origine est noble...
    Djahann

    RépondreSupprimer
  4. Très bien expliqué !
    Comme bull'Elodie, je suis globalement d'accord avec toi ... :)

    RépondreSupprimer
  5. Très bon article ! je suis totalement d'accord sur ton sujet. Etant de Saint Brévin, et originaire de Nantes, je suis écœuré. Saccage, violence, amertume... je passe par tout plein de sentiments.
    Merci pour ton article qui nous aide à comprendre les positions...

    RépondreSupprimer
  6. Waouh, je ne savais pas que ça avait dégénéré comme ça... C'est triste, c'est sûr, et rageant en effet. Enfin comme je le disais sur le blog de Bulle Elodie, je ne suis pas de la région, donc c'est intéressant de lire le point de vue de quelqu'un qui vit ça de l'intérieur !

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Bravo pour ce billet, je suis d'accord avec ce que tu dis. Et un sentiment que je partage, je suis atterrée par toute cette violence gratuite.

    RépondreSupprimer
  9. J'étais à la manifestation et je suis comme toi choquée par toutes ces dégradations. Mais, ce qui me choque peut être le plus c'est que j'ai vraiment eu l'impression que c'était ce qui était recherchée ! C'est ce qui se confirme dans la vision de la manif rendue par les médias: OUI il y a eu des dégradations, OUI il y a eu des violences, OUI c'est de la merde mais OUI il y a eu 50 000 personnes, OUI l'immense partie de la manif était festive et conviviale, OUI les forces de l'ordre n'y sont pas pour rien. Ce qui me tue, c’est que tout, je dis bien tout a été mis en place pour que la manifestation se passe mal : 1. Changement du trajet de la manifestation la veille au soir (vendredi) par la préfecture qui, du coup, nous interdit le plus grand boulevard de Nantes (chose jamais vue) et nous laisse un trajet plus petit (qui va se révéler en fait trop petit : le début de cortège était arrivé que la fin n’était pas partie et il n’y avait plus de place pour tout le monde, d’où un éclatement de la manif.
    2. Un dispositif policier juste hallucinant. Je te jure : on est arrivé, il y avait des CRS en tenue de « combat » (je ne sais pas comment on dit : mais avec casque, boucliers et tout) partout, d’immenses barrières anti émeutes sur toutes les rues perpendiculaires au passage de la manif, des fouilles de manifestants qui arrivaient à la manifestation : c’est assez difficile de décrire cette ambiance. Mais c’était très impressionnant, j’étais pas du tout rassurée. Tu peux voir une série de photos là, avant que la manif commence : https://www.flickr.com/photos/25961799@N07/sets/72157641426833995/ Et c’est typiquement l’inverse qu’il faut faire quand on veut calmer le jeu (cf. wikipédia (ça vaut ce que ça vaut mais ça donne une idée) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Maintien_de_l%27ordre#Tactiques_sp.C3.A9cifiques). On parle de 1000 CRS déployés, arrivés avec les grilles anti émeutes, canons à eau, gazs lacrymo etc. : AMBIANCE
    (Je suis obligée de couper mon commentaire en deux)

    RépondreSupprimer
  10. La manif était prévue joyeuse et festive et c’est ainsi que ça a commencé : beaucoup de familles, beaucoup de gens déguisés, beaucoup de musiciens etc. C’était cool, une manif comme on les aime. A 15h, des gens se sont approchés des barrières antiémeutes qui empêchaient l’accès au façon plus grand boulevard de Nantes en tapant sur les grilles en guise de protestation avec les mains (et on parle de gens lambdas, et je ne conçoit pas cela comme une forme de violence, mais une manière de montrer que l’on est pas d’accord ). Derrière, la manifestation s’était un peu stabilisée. D’un coup, sans prévenir, les CRS se sont mis à jeter dans le tas des gazs lacrimos et ont utilisés le canon à eau ! En pleine manif à 15 HEURES ! Il y avait des gamins, des familles ! J’étais plus loin, j’ai juste entendu les trucs péter, j’ai vu les nuages de gaz et les gens s’en aller. Du coup, ça a commencé à s’affronter ici. La police tirait des litres de gazs, sans faire gaffe, et ont commencés à jeter des grenades assourdissantes (ce sont des grenades qui font du bruit mais qui sont très dangereux car quand elles éclatent les éclats sont très dangereux : un manifestant a reçu un éclat dans l’œil et a perdu sa paupière et son œil (cf. notamment : ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/olivier-favier/230214/nantes-22-fevrier-ce-qui-est-arrive-quentin)). Donc la panique.
    Pendant ce temps là, je sais qu’une grande partie de la manif où j’étais, on s’est déportés et on a continué à aller vers le point de rendez vous final, choqués. On est allé sur une grande place où étaient prévues les prises de parole et les concerts. C’était éloigné de tout cela, du coup on retrouvait la bonne ambiance : il y avait à nouveau de la musique partout, des gens calmes mais choqués. On est restés ici plusieurs heures, à écouter les discours, la musique… En fin d’après-midi, les flics ont commencés à avancer vers la place, on comprenait pas trop, et on commencés à utiliser les canons à eaux, sans raison (il y avait bien toujours des affrontements mais pas du tout à cet endroit là), les lignes de CRS commençaient à arriver. Tout le monde est peu à peu parti, les concerts ont été annulés et il n’est ensuite resté que les CRS et les gens qui étaient prêts à se battre.
    Pour résumer (et caricaturer) voici l’impression que j’ai eu : tu essaie de déstabiliser tout le monde en changeant le parcours la veille, en donnant le ton. Le jour même tu crées une poudrière. Tu l’allumes le plus tôt possible et tu fais pression pour que les gens « normaux » se fassent peur et partent, ensuite tu laisses les éléments violents s’affronter toute une nuit.
    Je suis contre le projet depuis longtemps, j'ai la profonde conviction que l'aéroport de NDDL est une profonde bétise, pour plein de raisons et j'ai vraiment l'impression d'une énergie dépoyée juste pour qu'on évite de parler du coeur du sujet.

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour cet article ! Je ne suis ni POUR ni CONTRE l'aéroport par contre ce qui est certain c'est que je suis contre ce genre de dégradation et contre la violence gratuite ! J'aurais aimé que l'on parle de notre belle ville dans une autre circonstance que celle ci...

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !
Merci de votre passage sur le blog
A très bientôt j'espère ;)