Rechercher dans le blog

lundi 10 février 2014

"La petite communiste qui ne souriait jamais" de Lola Lafon

Lola Lafon récidive pour la 4ème fois déjà.



En 2003, son premier roman m'avait bouleversé. Je me souviens l'avoir lu et relu jusqu'à ce que chaque page, chaque mot finisse par faire partie de moi. Sa "Fièvre impossible à négocier" s'était immiscée en moi toute entière. Même si aucun point d'accroche n'appartenait à ma vie, ce livre avait résonné en moi tellement fort qu'il s'y est  ancré à jamais. 2003 avait aussi été une année particulière pour moi.

Une année faite de bouleversements intérieurs et extérieurs. Une année de colère, de force mais aussi une année pleine de doutes et de désarrois. "Une fièvre impossible à négocier" parlait d'anarchie, de révolte, de solitude et de progression personnelle. Cette recherche de soi à travers le rejet de la société répondait aux prémices de refus du politiquement correct que parfois j'affirme aujourd'hui. En 2003, j'étais Landra (l'héroïne). J'avais aussi ce besoin absolu de vivre l'urgence.

Quelques années plus tard, suffisamment longtemps après pour ne pas lasser (en 2007), Lola Lafon publie son deuxième livre : "De ça je me souviens". Le même style : des phrases courtes, rapides, parfois sans verbes, parfois répétées toujours directes. Des chapitres brefs qui s’enchaînent et s'entrelacent parfaitement. J'ai ressenti le même plaisir de lecture. On y retrouve aussi ses thèmes de prédilection  : la liberté, l'indépendance et la rebellion. Ne jamais fléchir, se courber ou encore obéir. L'auteure y ajoute une touche de contexte communiste. Une fois encore le livre me parle et même si je m'y retrouve moins, je le dévore et m'accroche aux pages jusqu'à ce que mes yeux m'obligent à stopper ma lecture. Bref, j'adore à nouveau.

J'ai loupé la sortie de son troisième livre, je ne pourrais donc pas complètement approfondir l'évolution de l'auteur.

Et puis, il y a peu de temps, je tombe sur ce livre ou plutôt pour dire la vérité, mes yeux tombent sur ce nom "Lola Lafon". Je n'ai même pas lu la quatrième de couverture. J'ai saisi le livre et je suis partie le régler immédiatement. Heureuse de mon achat.

Ce n'est qu'une fois arrivée "chez moi" que j'ai enfin découvert le sujet choisi pour ce nouveau roman. Lola Lafon s'attache à revivre le parcours de la mythique gymnaste Nadia Commaneci. On est plongé au coeur de la vie de la petite gymnaste. L'auteur dépeint  un portrait touchant d'une jeune fille hors du commun dans la Roumanie d'hier. Une plongée au coeur du communiste avec cette intrusion capitaliste associée aux Jeux Olympiques. Le choc des mentalités, des cultures et des modes de vie. La vision des contraires dépeinte avec pudeur mais sans faux semblants. Cette écriture particulière qui fait le charme de l'auteure.
Cette histoire réelle romancée est entrecoupée de dialogues rêvés entre l'auteure de la gymnaste. 
De la gloire à la déchéance, on suit Nadia par la force des mots de Lola. Peut être parce qu'il s'agit d'une pseudo biographie mais j'avoue avoir eu plus de mal à entrer dans l'histoire et à suivre corps et âme l'aventure de la gymnaste. Le style est peut être un peu moins vif et on ressent moins cette urgence de vie qui caractérisait les premiers livres de Lola Lafon. Il n'en reste pas moins un très bon livre

Morceau choisi :

"A la question que je lui pose:"Vous rendez vous compte de l'impact que vous avez eu en 1976?" Nadia me répond, somnanbule de sa super-enfance:"Non, je ne sais pas, je me demande encore...Qu'est ce que j'ai fait?"
Vous avez décrassé le futur et ravagé le joli chemin rétréci qu'on réserve aux petites filles, je voudrais dire à Nadia C., grâce à vous, les petites filles de l'été 1976 rêvent de s'élancer dans le vide, les abdos serrés et la peau nue."


"La petite communiste qui ne souriait jamais" Lola Lafon - Actes Sud, 318 pages, janvier 2014.


1 commentaire:

  1. Ah tiens, j'en ai beaucoup entendu parler... Je vais peut-être commencer par ses précédents alors !

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire !
Merci de votre passage sur le blog
A très bientôt j'espère ;)